Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 19:10

9782253158363-G.jpgTitre original: In pale battalions


Note:


premiere-etoile-lucien-jean-baptiste-L-4premiere-etoile-lucien-jean-baptiste-L-4premiere-etoile-lucien-jean-baptiste-L-4premiere-etoile-lucien-jean-baptiste-L-4


 

Quatrième de couverture:


Fin des années 1990. Leonora Galloway part en France avec sa fille afin de se rendre à Thiepval, près d'Amiens, au mémorial qui honore les soldats - dont de nombreux Britanniques, comme son père - tombés durant la bataille de la Somme, lors de la Grande Guerre.Le 30 avril 1916 est la date officielle de son décès.Or Leonora est née près d'un an plus tard.
Ce qui pourrait n'être qu'un banal adultère cache en fait une étrange histoire, des secrets de famille, sur lesquels plane l'ombre d'un meurtre jamais résolu et où chaque mystère en dissimule un autre...
Dans ce livre envoûtant, Robert Goddard allie l'atmosphère des plus grands romans anglais à un sens du suspense et de la reconstitution historique remarquable.

 

Avis:

 

La quatrième de couverture n'aurait pas pu être plus précise pour décrire "Par un matin d'automne". L'atmosphère brumeuse de la campagne des Hampshire nous entraîne dans une histoire regorgeant de secrets, de tragédies et rebondissements.  Les personnages et la magnifique demeure autour de laquelle gravite l'histoire, ne sont pas sans nous rappeler d'autres romans anglais tels que Rebecca ou Jane Eyre.  Inscrit sur plusieurs générations, le roman traverse les années, les vies mais les secrets y persistent. Robert Goddard ajoute cependant une touche qui lui est tout a fait propre en inscrivant son récit dans un contexte historique riche et précis. Ainsi la première guerre mondiale tisse sa toile des les premières lignes du roman. C'est avec beaucoup de talent que l'auteur décrit la vie des tranchées, l'attente, la peur, la détresse et la fin inéluctable qui attend les soldats. Il ressort un sentiment de justesse dans la mise en scène de l'auteur: pas de surenchère de la violence ni d'embellissement. Cette guerre touche la vie de chacun des personnages du roman qu'ils soient sur le front ou sur les terres anglaises. Cependant que ceux qui n'aiment pas les romans de guerre se rassurent, même si la guerre est présente, elle n'occupe pas la place principale.

La trame du roman reste la recherche de la vérité, la quête de Léonora (l'un des personnages principaux) pour reconstruire son passé. 

Les personnages sont complexes et cachent tous des secrets, des regrets et des sentiments troubles. Un mention particulière pour la tutrice de Léonora, Olivia. Cette femme est manipulatrice, cruelle, froide et séductrice: un personnage détestable à souhait et qui s'inscrit dans la droite lignée des méchantes de la littérature. On pourrait se l'imaginer sous les traits de Mme Danvers dans Rebecca.

 

"Par un matin d'automne" est un roman que l'on suit avec passion. Difficile de se détacher de cette histoire et de la vie de Léonora. J'ai découvert ce livre en bout de gondole en librairie dans les coups de coeur des lecteurs. Plutôt sceptique à la la lecture de la critique de Stephen King placée en dessous de la quatrième de couverture, "Par un matin d'automne" est une excellente surprise et un très bon moment de lecture.

 

« Je suis tombé sur cet écrivain par le plus grand des hasards. J’ai lu Par un matin d’automne, et j’ai tout de suite enchaîné sept autres livres du même auteur. Les romans qui vous tiennent éveillé jusqu’au petit jour sont denrée rare. Il me reste quelques Robert Goddard à lire, je vais essayer, si j’y arrive, de prendre mon temps, le plaisir qu’on y trouve est trop jubilatoire pour être gaspillé d’un seul coup. On est emporté par les rebondissements. Dans un style parfait Goddard vous manipule d’une main de maître. » Stephen King

 

« L’un des meilleurs romans qu’on ait lu depuis très longtemps » The Washington Post

 

pcc.JPG

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sloopy
commenter cet article

commentaires

Pascal Djemaa 29/02/2012 16:56

Bonne analyse, bravo, Pascal.

Sloopy 23/03/2012 18:35



merci ca me fait très plaisir